L'insuffisance rénale chronique

L'insuffisance rénale est :

  •  La réduction ou l'impossibilité que présentent le rein à assurer la filtration et l'élimination des produits et des déchets contenu dans le sang.
  •  La réduction de capacité des reins à contrôler l'équilibre du corps en eau et en sels.
  •  Elle s'accompagne d'une dysrégulation cardiovasculaire c'est-à-dire d'une mauvaise régulation, entre autres, de la pression artérielle au sein de l'organisme.

 

L'insuffisance rénale est dite chronique lorsque la perte de fonction des reins est progressive et définitive.

Généralement , elle progresse graduellement, pendant plusieurs années, pour en arriver au terme terminal de l'insuffisance rénale chronique.
Grâce aux avancées médicales et  grâce aux différents traitements mis en place, cette maladie n’est plus une maladie mortelle.
Ces traitements sont appelés traitements de suppléance car ils permettent de remplacer le fonctionnement des reins.

 

Afin de comprendre ces mécanismes ils nous faut commencer par comprendre à quoi servent les reins, et comment ils fonctionnent réellement.

 

 

A quoi servent les reins et comment leur fonctionnement peut-il se dérégler ?

Les reins purifient le sang artériel grâce à un million de filtres microscopiques (néphrons) qui assurent la filtration du sang, la production de l’urine et la sécrétion des hormones.
La maladie rénale chronique est une complication silencieuse du diabète, de l’hypertension artérielle ou des maladies génétiques et familiales.

 

Les causes du dérèglement peuvent donc être multiples:

cause

 

Les symptômes de la maladie rénale :

La diminution de fonctionnement des deux reins se traduit par une diminution de toutes ses actions de filtration et de production d’hormones.
Tout cela retentit sur l’organisme et le corps devra donc faire face a :

  •  Rétention d’eau et œdème (gonflement des chevilles et du visage);
  •  Augmentation de la concentration dans le sang des produits filtrés (urée, créatinine, potassium) ;
  •  Hypertension artérielle par rétention d’eau et de sel et ou hyperactivité du système rénine-angiotensine ;
  •  Anémie par manque de globules rouges (sécrétion insuffisante d’OPE) ;
  •  Diminution du calcium et fragilisation osseuse par de vitamines D et diminution de l’absorption du calcium et de sa fixation sur l’os par augmentation de la parathormone (PTH).

 

Les signes ou symptômes qui doivent attirer votre attention sont :

  •  Une fatigue, une difficulté de concentration, une perte d’appétit.
  •  Un changement des urines :
    • de couleur très claire ou très foncée
    • mousseuses, quand elles contiennent beaucoup d’albumine ;
    • obligation de se lever la nuit pour uriner ;
    • difficulté à uriner et urines moins abondantes et/ou odorantes.

Lorsque les reins ne fonctionnent plus, ces phénomènes s’associent et s’amplifient. Si l’insuffisance rénale s’installe de façon chronique, il faudra remplacer les reins par la dialyse et/ou la greffe rénale.

 

 

Prévenir ou ralentir les maladies rénales nécessite :

  •  Une pression artérielle normale inférieure à 130/80, et une albuminerie la plus faible possible en gérant les médicaments antihypertenseurs, en les associant, sans les arrêter brutalement.
  •  Équilibrer le diabète en surveillant l’autocontrôle glycémique et l’HbA1c.
  •  Combattre l’anémie avec l’utilisation du fer et de l’Erythropoïétine injectable (EPO).
  •  Prendre les médicaments prescrits par vos médecins :
    • en connaissant leurs buts ; faîtes-vous expliquer votre ordonnance,
    • en prévenant si vous les supportez mal (un autre produit de la même classe pourra vous être prescrit en remplacement),
    • en ne faisant pas d’automédication ; cela peut être dangereux, leurs effets pouvant se renforcer ou s’annuler,
    • ... ou les médicaments à base de plantes qui peuvent empêcher l’absorption de certains de vos médicaments ou modifier leur métabolisme (utilisation ou élimination) à l’intérieur de votre corps.
  •  Une bonne hygiène de vie :
    • arrêter le tabac et les toxiques des vaisseaux,
    • contrôler les apports en eau de boisson et les apports de sel,
    • la diététique : évaluer le poids de forme, repérer les protéines et les ions à risque,
    • avoir une activité physique (30 à 45 minutes par jour).