La dialyse a pour but de suppléer la défaillance des reins malades en assurant l’élimination des déchets et de l’eau de l’organisme. On distingue globalement deux types de dialyse :

 

  • l’hémodialyse et l’hémodiafiltration qui se font par voie externe
  • la dialyse péritonéale, traitement par voie interne.


 

 

L'AGDUC propose a ses patients tous types de dialyse afin que chaque personne décide et vive au mieux son traitement de suppléance.
Chaque personne peut donc décider avec son médecin du type de dialyse qu'il souhaite réaliser parmi les traitements suivants :

 

 

 

 

L'hémodialyse :

 

Cette technique consiste en un échange entre le sang du patient et une solution de dialyse (dialysat) de composition proche du sang normal. Cet échange se fait à travers une membrane contenue dans un filtre appelé aussi hémodialyseur.

Un générateur de dialyse assure la fabrication du liquide de dialyse et contrôle la circulation du sang dans le dialyseur et le rejet des déchets et de l’eau.

Cette méthode nécessite un accès vasculaire fiable et permanent : la fistule artério-veineuse, ou le cathéter veineux central.

Lors de la séance de dialyse sur fistule, deux aiguilles sont utilisées. L'une permet d'amener le sang vers le dialyseur, l'autre de le restituer une fois épuré. Le raccord au cathéter veineux assure les mêmes fonctions.

La durée et la fréquence des séances sont variables selon les patients : en général la durée moyenne d’une séance est de 4 heures, ceci 3 fois par semaine.

dialyse

 

Différentes modalités de traitements :

 

fleche En centre ambulatoire : Pour les patients âgés, fatigués ou ceux dont l’état général est altéré, les séances se déroulent dans une structure avec une présence médicale permanente.

 

fleche En Unité de Dialyse Médicalisée (UDM) : Accueille des patients qui nécessitent une présence médicale non continue pendant la séance de traitement ou qui ne souhaitent pas être pris en charge à domicile ou en unité d'autodialyse.

 

fleche A domicile : Après une période dite de formation, le patient acquiert l’autonomie nécessaire pour dialyser à son domicile. Cette modalité de traitement nécessite la présence d’une tierce personne, au choix du patient. Cette personne sera formée à la technique pour assister le patient lors de ses séances. Le médecin néphrologue responsable du suivi ou un médecin de garde est joignable à tout moment.

 

fleche En autodialyse simple ou assistée (suivant l'autonomie du patient) : L’unité d’autodialyse est choisie en fonction du lieu de résidence. Elle constitue un substitut du domicile, l'infirmier(re) remplaçant la tierce personne. Le médecin néphrologue responsable du suivi médical n'est pas présent lors des séances de dialyse mais est joignable à tout moment et effectue des visites régulières sur le site de traitement. Cette modalité de traitement peut apporter une souplesse dans les horaires de traitement, dans la limite des disponibilités de l'unité.

 

 

 

 

L'hémodiafiltration en ligne :

 

C'est une technique associant l’hémodialyse et l’hémofiltration :

 

fleche L’hémodialyse est une méthode de diffusion (l’urée diffuse du sang vers le dialysat)

 

fleche L’hémodiafiltration est une méthode de convection (18 litres sont filtrés et remplacés par du sérum physiologique préparé et stérilisé par filtration).
Cette convection permet à des molécules plus grosses de traverser les pores de la membrane de dialyse grâce au passage de l’eau en grande quantité.

 


L’hémodialfiltration en ligne ne peut être réalisée qu’en centre et nécessite plus de contrôles pour le liquide de réinjection.

L’AGDUC a l’expérience de cette technique depuis 1990, la Circulaire précisant ses modalités d’utilisation date elle, de juin 2000.

 

 

 

 

La dialyse péritonéale:

 


periElle utilise le péritoine comme membrane de dialyse à travers laquelle s'effectuent les échanges entre le sang à épurer et un liquide de dialyse stérile.

Le péritoine est une membrane naturelle qui entoure les organes abdominaux. La dialyse péritonéale nécessite un accès à la cavité péritonéale réalisé par la mise en place chirurgicale d'un cathéter souple. Ce cathéter permet de renouveler le liquide de dialyse.

Il s’agit d’une technique de domicile, réalisée tous les jours et d’apprentissage facile, qui nécessite en moyenne une à deux semaines de formation.

La dialyse péritonéale peut être réalisée, non seulement à domicile, mais aussi en maison de convalescence, de retraite... Pour les patients non autonomes, l'aide d'une infirmière libérale à domicile est possible pour assurer ce traitement.


Chaque changement de poche nécessite en moyenne 20 à 30 minutes, le dialysat étant laissé dans la cavité péritonéale 4 à 5 heures le jour et 8 à 10 heures la nuit.

 

Différentes modalités de traitements :

 

fleche La DPCA (Dialyse Péritonéale Continue Ambulatoire) : le dialysat contenu dans des poches en plastique de 2 à 3 litres est renouvelé manuellement toutes les 4 heures environ. Chaque changement de poche nécessite en moyenne 20 à 30 minutes, le dialysat étant laissé dans la cavité péritonéale 4 à 5 heures le jour et 8 à 10 heures la nuit.

 

fleche La DPA (Dialyse Péritonéale Automatisée) : utilise une machine qui permet, grâce à un programme informatique, d'assurer les changements de liquide la nuit, pendant le sommeil du patient.